Quand Sceaux smart fait le pari de se lancer sur un nouveau sujet, les choses ne sont pas faites à moitié et nous faisons tout pour bien nous entourer. 


Prenons la question de l’apprentissage, de l’éducation et de la formation. Le sujet est très présent dans les médias tant les enjeux sont importants pour tous : développement des compétences (dont les fameuses “soft skills »), reconversion, employabilité, transmission des savoirs, culture de l’audace, épanouissement, quête de sens et bien-être (pas uniquement au travail).  

Tout le monde s’accorde également à dire que l’école doit réussir sa mutation et se réinventer pour relever les défis du 21ème siècle. 

Un proverbe dit  “ce que l’homme ne veut pas apprendre par la sagesse, il l’apprendra par la souffrance », nous avons le luxe d’avoir le choix, alors autant en profiter. Que ce soit par plaisir ou par nécessité, nous avons tous besoin de grandir et d’apprendre.

Notre époque fait aussi que nous n’avons plus le droit de laisser des savoirs disparaitre. Nous avons besoin de toutes les intelligences (il en existerait jusqu’à 10 formes selon certains chercheurs, mais les neurosciences apportent de nouveaux éclairages), et de tous les savoirs pour construire de nouveaux modèles. La technologie n’est pas forcément connotée positivement mais elle ouvre indéniablement de nouvelles perspectives, alors saisissons-nous-en ?

Soyons pro-actifs dans leur utilisation, mettons les à notre service sans nous laisser contrôler. Prenons le meilleur des outils, ajoutons-y beaucoup de lien humain et construisons de nouvelles façons d’apprendre : inter-générationnelles, entre pairs, en faisant, en récupérant, en partageant librement. 

Nous avons déjà lancé plusieurs expériences apprenantes depuis ces derniers mois, du hackathon robotique (co-organisé avec Smarteo) pour les enfants au World-café « Apprendre au bout de ma rue » ( résultat d’un collectif de 9 personnes aux profils très variés). Ces formats ont montré tant la force d’une approche différente que l’intérêt d’une population très hétérogène ( de 8 à 73 ans) pour co-créer de nouvelles formes d’apprentissages collaboratifs. 

Les impacts sont multiples : 

  • Rendre les nouvelles technologies accessibles à tous (programmation notamment)
  • Créer de la cohésion sociale entre différentes populations (de différentes villes, de différents quartiers sur une même ville, inter-generationnel..) 
  • Rendre les citoyens acteurs sur leur commune
  • Impliquer différents acteurs dans l’organisation d’évènements : Etudiants (leur permettant ainsi d’acquérir une expérience professionnelle), collectivités, entreprises
  • Développer d’autres modes d’apprentissage et éveiller les mentalités sur le fait que l’on peut apprendre partout : à l’école (bien sûr) mais aussi dans la rue, chez son voisin, dans des tiers lieux, etc…
  • Inviter à sortir de sa zone de confort en osant aller vers sujets que l’on ne connait pas forcément
  • Eveiller sur des loisirs d’expériences, plutôt que des loisirs de possessions 
  • Donner envie de partager ses connaissances 

Nul doute que nous entrons dans une nouvelle ère, où tout reste à construire…avec vous forcement !

Séverine de Sceaux smart